top of page
Citrus
bossa nova .jpg

La bossa nova, ou bossanova, ou bossa-nova, familièrement la « bossa », est un genre musical né à la fin des années 1950 à Rio de Janeiro au Brésil. Elle prend ses racines dans la samba et le cool jazz. La bossa nova est devenue l'un des styles musicaux brésiliens les plus connus dans le monde. Elle se popularise significativement à partir du début des années 1960, d'abord au Brésil puis aux États-Unis et en Europe.

La bossa nova a connu son pic de popularité mondial dans les années 1960, mais est restée appréciée par la suite. À partir de la fin des années 1980, on assiste à un regain d'intérêt pour le genre à travers le monde6. Pour beaucoup, la bossa nova est synonyme avec la musique brésilienne7. Parmi les morceaux de bossa nova les plus connus figurent Águas de MarçoDesafinadoGarota de IpanemaSamba de Verão et Wave8.

L'impact de la bossa nova sur la musique mondiale ne s'arrête pas seulement à un nouveau genre musical. La bossa nova a influencé durablement le jazz9, la musique populaire nord-américaine, la chanson européenne et la musique de film.

Le nom de bossa nova vient du mot portugais du Brésil bossa, qui signifie au premier degré « bosse »(de baleine, de chameau), et peut se traduire au second degré par « onde », « vague » (de la mer), « aptitude », « vocation » (littéralement, « nouvelle vague », « avoir la bosse pour quelque chose ») et dans ce cas précis par « tendance ».

L'expression bossa nova peut être traduite par « nouvelle vague ».

À partir du début des années 1950, plusieurs musiciens brésiliens, en particulier le pianiste Johnny Alf et les guitaristes Laurindo Almeida et Luiz Bonfá, expérimentent avec l'ajout d'éléments de Samba dans l'interprétation du jazz10

C'est sur ces fondations que la bossa nova va être créée à la fin des années 1950 par un groupe composé du compositeur Antônio Carlos Jobim (également connu sous le nom artistique de Tom Jobim), du chanteur et guitariste João Gilberto, et du poète Vinícius de Moraes.

La bossa nova est la réponse aux attentes des jeunes musiciens des classes moyennes de Rio de Janeiro. Ceux-ci sont à la recherche de modernité, d'une nouvelle manière d'interpréter les chansons, d'une musique plus épurée, de paroles optimistes qui reflètent leurs aspirations. Ils apprécient la musique nord-américaine, en particulier les disques de Frank Sinatra et de Chet Baker. Ils rejettent les formes musicales brésiliennes traditionnelles telles que les sambas de type carnaval avec une utilisation massive des percussions et les samba-canção, similaires aux boléros hispano-américains, offrant des compositions simples, une harmonie standard, des textes sentimentaux, fréquemment mélodramatiques, et interprétées par des artistes à la voix puissante et pleine de vibrato.

Des réunions se tenaient dans les appartements chics de la zona sul de Rio de Janeiro, principalement dans les quartiers d'Ipanema et de Copacabana. Dans l'un de ces appartements habitait Nara Leão, une étudiante en musique qui accompagne les débuts de la bossa nova. Chez elle, avec parfois la présence d'Antônio Carlos Jobim et de João Gilberto, les jeunes musiciens cariocas se rencontraient pour composer, improviser ou réinterpréter des standards de jazz ; parmi eux on trouvait Carlos LyraRoberto Menescal (futur guitariste des Copa 5), Normando Santos, Sergio Ricardo, Aloysio de Oliveira (producteur musical et plus tard fondateur du label Elenco Records), Oscar Castro-NevesSylvia Telles, et le journaliste Ronaldo Bôscoli (qui a contribué à populariser le nouveau courant en le baptisant bossa nova dans ses articles)14. Des improvisations avaient aussi lieu sur les plages et dans des cabarets auxquelles prenaient part, entre autres, Luiz Bonfá (co-compositeur avec Tom Jobim de la musique du film Orfeu Negro) et Baden Powell.

MyImageGPT_D1714343297-664567.png
bottom of page